Portraits de femmes – Camille, restauratrice et co-fondatrice de Brut! et Pondi

22 Juillet 2020


par Aude Camus 
 
Une nouvelle fois, les restaurants de Hong Kong sont durement impactés par l’actualité. Quand ce ne sont pas les protests, c’est le COVID-19 (et cette satanée troisième vague que l’on n’avait pas vu venir !) et les derniers mois ont vu se multiplier les fermetures de restaurants et bars. Plus que jamais, l’économie locale a besoin de soutien. De mon côté j’essaye d’agir à mon petit niveau, notamment en mangeant dans mes restaurants préférés de façon encore plus fréquente que d’habitude. J’avoue ce n’est pas un gros sacrifice quand on aime la bonne bouffe autant que moi. Une autre façon de montrer mon soutien c’est de mettre en avant, via mes interviews, ces entrepreneurs qui se battent au quotidien pour survivre et faire de Hong Kong cette ville excitante, qui vit à 100 à l’heure, que nous connaissons. Camille Lisette Glass, une Franco-Américaine qui a co-crée, avec son partenaire d’affaires George Kwok, les restaurants Brut! et Pondi, est de ces entrepreneurs. Si j’avais su, en lui envoyant mes questions, que quelques jours après le gouvernement annoncerait la fermeture des restaurants le soir entre 18h et 5h du matin portant un nouveau coup de massue à une industrie déjà sinistrée … 
 
 
Hello Camille ! Merci de prendre le temps de répondre à mes questions ! Pour commencer, peux-tu m’en dire un peu plus sur toi ?

Portraits de femmes – Camille, restauratrice et co-fondatrice de Brut! et Pondi
Appelle-moi Cami ! C’est comme ça que tout le monde m’appelle. Je suis une jeune entrepreneur, restauratrice, installée à Sai Ying Pun où je fais de mon mieux pour ouvrir des lieux qui reflètent l’ambiance éclectique de cette ville dans laquelle nous vivons tout en promouvant une vision avant-gardiste de la cuisine et du vin. 
 
À la minute où j’ai posé le pied à Hong Kong, j’ai été happée par la culture de la ville et par sa cuisine. J’ai eu envie d’apporter ma contribution, d’imaginer quelque chose qui montrerait mon amour pour cette ville qui a changé ma vie. C’est en ayant ouvert Brut! puis Pondi puis bientôt Fat Chad’s que je contribue à la dynamique de Hong Kong, 
 
 
Fat Chad’s ? Un nouveau projet ?
Oui ! Ouverture prévue début Août ! Fat Chad’s sera une épicerie de quartier où l’on trouvera aussi bien des sandwichs comme à New York que des barquettes de glace maison ou encore des vins naturels, des bières ou d’autres petits plaisirs (alcoolisés ou non !). 
 
 
Et Brut! et Pondi, tes deux précédents bébés, tu m’en dis un peu plus sur eux ?

Portraits de femmes – Camille, restauratrice et co-fondatrice de Brut! et Pondi
Brut! est une ode aux saveurs de la culture culinaire moderne de Hong Kong. C’est un lieu que George et moi avons voulu comme la rencontre harmonieuse entre nos cultures différentes. La carte des vins y est sans prétention et change régulièrement mais toujours pour mettre en lumière des vignerons qui partagent une même vision du vin et de leur métier. 

 

Portraits de femmes – Camille, restauratrice et co-fondatrice de Brut! et Pondi
Pondi c’est notre hommage à Pondichéry. Nous nous sommes associés avec notre ami le chef Taran Chadha pour imaginer un lieu qui mêlerait nos origines Indiennes, Françaises et Chinoises.

Portraits de femmes – Camille, restauratrice et co-fondatrice de Brut! et Pondi
C’est un restaurant de quartier où l’on se sent bien, presque comme à la maison.  
 
 
Que cela soit dans l’un ou l’autre des restaurants, la carte des vins met essentiellement à l’honneur des vins du Nouveau Monde et/ou des vins oubliés. Pourquoi ce choix ?

Portraits de femmes – Camille, restauratrice et co-fondatrice de Brut! et Pondi
Je crois que j’ai toujours eu de la tendresse pour les outsiders.
J’aime les vins du Nouveau Monde parce qu’ils sont comme moi, et beaucoup d’autres personnes à Hong Kong, le produit d’un environnement multiculturel et qu’ils présentent donc un mix unique d’expériences et de savoir-faire. Les vignerons du Nouveau Monde n’ont pas les mêmes restrictions qu’en Europe et sont donc plus libres de créer, de mixer …  Pour ce qui est des vins oubliés, cela vient d mon amour pour la tradition, les savoirs faire ancestraux qui selon moi doivent être célébrés. 
 
 
Quel a été, jusqu’ici, le plus gros challenge que tu as rencontré en tant qu’entrepreneur ?
Je ne vais pas mentir, cette année a été la plus difficile de toutes. Entre les protests et le virus, notre industrie a beaucoup souffert. Et toute l’incertitude qui entoure cette situation est pesante à supporter. S’il fallait y voir du positif cependant, je dirais que cela nous a fait réaliser à quel point nous étions résilients, et bien plus capables que l’on n’aurait jamais pu imaginer. Je me sens incroyablement chanceuse d’avoir avec moi une équipe qui m’inspire et me motive et d’avoir pu compter sur le soutien de notre communauté, ici à Sai Ying Pun. 
 
 
Et la plus belle récompense ?
Il n’y a pas de sentiment plus agréable que celui de savoir que vous avez un impact positif sur votre communauté.

Portraits de femmes – Camille, restauratrice et co-fondatrice de Brut! et Pondi
Il y a une forme de magie, quand vous êtes restaurateur, à voir votre salle se remplir de sourires et vibrer d’énergies positives. 
 
 
Une journée type dans ta vie ça ressemble à quoi ?
Je me lève vers 9h et je pars courir sur les sentiers de randonnée autour du Peak avant de me rendre aux restaurants. L’après-midi, je multiplie les tastings de vins avec mes supers fournisseurs avant de tout mettre en place pour le service.  Très souvent, l’équipe se réunit après le service pour boire un verre. Cela nous permet de partager nos rêves, nos idées, nos ambitions. 
 
 
En tant que foodie, peux-tu nous partager tes adresses chouchoutes pour :
Un verre ou deux : je suis une grande amatrice de Sake et j’adore rendre visite à la plus agréable des hôtes, Momo, au Sake Bar Ginn. J’aime aussi beaucoup l’équipe chez Shady Acres qui est un de mes endroits favoris pour trainer le dimanche après-midi. 
Faire le plein de vins : OZ Terroir. Emmanuel a une incroyable sélection de vins Australiens et je suis fan de ce qu’il a fait. 
Bruncher : des dim sum. Ma passion, N’importe où, n’importe quand. 
Un diner en tête à tête : Okra. Pour moi, Max (ndlr : Max Levy, le chef exécutif) est un des chefs les plus talentueux que j’ai jamais rencontrés. 
Un déjeuner entre copines : dernièrement, Samsen à Sheung Wan. C’est proche de chez moi et j’aime la bouffe et l’atmosphère détendue.




 

 



Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter