Nouveaux Arrivés ? Changement de Situation ? L'ABC de l'Assurance Santé à Hong Kong

2 Septembre 2020


Nouveaux Arrivés ? Changement de Situation ? L'ABC de l'Assurance Santé à Hong Kong
Contenu fourni par AD MediLink
 
Vous préparez votre expatriation à Hong Kong et pensez avoir déjà posé toutes les questions importantes ? Logement, scolarisation des enfants, coût de la vie … mais l’assurance santé, y avez-vous pensé ? C’est un point qu’on met souvent de côté, soit parce que l’employeur offre déjà une couverture, soit parce que l’on ne sait pas vers qui se tourner ou que l’on se dit qu’on s’en occupera plus tard ! Par ailleurs, souscrire à une assurance santé représente à première vue une dépense supplémentaire, à éviter ou minimiser. Nous aussi, nous sommes passés par là mais il est indispensable, partout dans le monde et notamment à Hong Kong, de connaître ses options et de vérifier que l’on est bien couvert.
 
Vous n’êtes pas nouveau à Hong Kong mais connaissez un changement de situation … là aussi l’assurance santé est à ne pas négliger.
Quand on vit à l'étranger, un changement de situation, comme un déménagement ou une perte d’emploi, a des conséquences importantes sur son assurance santé. Conséquences qu’il faut connaître.
 
Nous nous sommes donc associées avec les experts en assurance santé d’AD Medilink pour vous proposer ce guide pratique sur le système de santé hongkongais ainsi que les options possibles en matière d’assurance santé.
 
 
Comment fonctionne le système de santé à Hong Kong ?
À Hong Kong, on distingue le système de santé public et le système de santé privé :
 
- Le système de santé public comporte 43 hôpitaux publics, 73 cliniques générales et 48 spécialisées, répartis sur tout le territoire et représentant 18 services d’urgence et environ 28 000 lits.
- Le secteur privé possède 12 hôpitaux répartis entre Hong Kong Island, Kowloon et les Nouveaux territoires, avec 4 600 lits et seulement deux services d’urgences : au Union Hospital (à Sha Tin) et au Gleneagles Hospital (sur l'île de HK).
 
Le réseau des hôpitaux publics hongkongais fait face à un problème de délais d’attente très élevés (ils peuvent atteindre 1 an ou plus pour voir certains médecins spécialistes). Consultez ici en temps réel les délais d’attente ! Au contraire, dans le privé, il est possible de voir un médecin quasi immédiatement.
 
Attention : même en cas de problème grave comme un traitement du cancer, le système public, qui offre par ailleurs une grande expertise, ne garantit pas une prise en charge rapide. Plusieurs cas médiatisés d’expatriés vivant à Hong Kong l’ont prouvé ces derniers temps.
 
La principale raison de l’encombrement du secteur public est son prix très accessible pour les personnes éligibles (toute personne ayant une HKID). Par exemple, une consultation de médecine courante coûte HK$50, soit environ 6,50 euros. En revanche, le secteur privé est le deuxième plus cher au monde après les Etats-Unis.
 
Si vous préférez vous diriger vers ce dernier ou souhaitez simplement en avoir l’option en cas de vrai pépin, il est essentiel de vérifier son assurance santé, ou d’en souscrire une pour éviter tout stress additionnel.
 
Comme en France, le secteur public n’est pas forcément réputé pour son confort ou sa nourriture. La personnalisation du service n’est pas dans ses priorités, son but est de soigner. Ce n’est pas le cas des cliniques et hôpitaux privés, lesquelles doivent se démarquer par rapport à leurs concurrents. Le confort de leurs patients est donc important et ils proposent ainsi des offres très attrayantes, avec des chambres très confortables et de la nourriture de qualité, parfois cuisinée par des chefs réputés.
 
De nombreux expatriés choisissent de se faire soigner dans le secteur privé, puisque le niveau d’anglais y est généralement meilleur que le public.
 
L’un des avantages du secteur privé est de pouvoir choisir le praticien de son choix. En cas d’hospitalisation ou d’accouchement par exemple, vous pouvez même choisir votre équipe soignante, du pédiatre à l’obstétricien en passant par l’anesthésiste. À l’inverse, le secteur public ne permet pas de choisir son médecin : ce dernier vous sera assigné en fonction des gardes de chacun, et pour un accouchement, la péridurale n’est pas garantie (cela dépend de la disponibilité au moment donné de l'anesthésiste, qui a d’autres priorités).
 

Faut-il ou non avoir une assurance santé lorsqu’on vit à Hong Kong ?
La réponse est oui, car encore une fois et malheureusement, les cas de personnes qui comptaient sur le public en cas de problème grave mais n’ont pu y être traitées de façon assez rapide sont réels.
 
Avoir une assurance santé donne le choix et évite de subir un stress additionnel réel, financier et administratif, si nous ou notre famille avons un problème de santé - souvent imprévu !
 
Cela ne veut pas dire souscrire l’assurance la plus chère et complète. Il faut donc bien comprendre comment cela fonctionne, et pour cela être bien conseillé sur les différentes options en fonction de sa situation.
 
Au minimum, il est conseillé d’avoir une couverture hospitalisation (inpatient). Si vous ou votre famille avez besoin d’une chirurgie rapidement mais que vous êtes hors des cas d’urgence du public, vous pourrez alors aller dans le secteur privé. Avec un coût généralement de plusieurs centaines de milliers de HKD, avoir a minima une assurance inpatient s'avère un choix judicieux.
 

Quelles sont les options en matière d’assurance santé à Hong Kong ?
Voici les options qui s’offrent à vous en termes d’assurance :
 
1. L’assurance collective : elle correspond à l’assurance qui est offerte par votre travail. Attention : elle est souvent loin d’être suffisante. En effet, des sous-limites existent et celles-ci peuvent être faibles comparées aux coûts réels du secteur privé. Il faut vérifier cela. Beaucoup de salariés souscrivent en plus une complémentaire personnelle.
 
2. L’assurance individuelle ou familiale : vous pouvez souscrire à une assurance par vous-même, laquelle peut être locale ou internationale. Attention : à Hong Kong, les assureurs discriminent au regard des conditions préexistantes. En effet, toutes les maladies ou maux apparus avant votre souscription doivent être déclarés à votre assureur. Cet historique sera revu par l'assureur et entraînera potentiellement une surcharge de votre prime annuelle ou une exclusion de garantie. Rappelez-vous que le meilleur moment pour souscrire une assurance santé c’est lorsque vous êtes jeune et en bonne santé.
 
Cela peut paraître choquant surtout lorsque l’on vient de France par exemple, mais cette discrimination est tout à fait standard dans le monde de l’assurance. Si votre historique médical n’est pas vierge et que vous souhaitez souscrire une assurance santé, contactez un courtier spécialisé en assurance santé pour connaître vos options.
 
3. La Caisse des Français de l’étranger (CFE) : la CFE vous permet une couverture à hauteur du remboursement de la sécurité sociale française, sans discriminer au regard des conditions préexistantes. Lors de votre retour en France, vous réintégrez immédiatement la Sécurité sociale française sans délai de carence ou exclusion. Lors de vos séjours temporaires en France de moins de 6 mois, vous êtes remboursé comme n’importe quel assuré social français de vos dépenses de santé. Cela peut s’avérer pratique si vous souhaitez voir votre médecin traitant lors de vos vacances en France.
 
Attention : la CFE remboursant selon les prix de la Sécurité sociale en France (bien insuffisants par rapport aux prix à Hong Kong !) une complémentaire santé est recommandée. Dans ce cas, la CFE fonctionne comme la Sécurité sociale, et l’assurance comme une mutuelle en remboursant le reste à charge.
 

En cas de changement de situation professionnelle, quelles sont les conséquences sur l’assurance santé ?
À Hong Kong, il n’est pas obligatoire pour les employeurs de fournir une assurance santé à leurs salariés. Les entreprises ont donc toute liberté pour en offrir une ou non et, le cas échéant, pour en fixer le niveau et le budget. Lorsqu’un salarié considère que son assurance via le travail est insuffisante, il est par ailleurs fréquent qu’il la complète par une assurance individuelle (top-up en anglais).
 
Quitter, changer ou perdre son emploi est fréquent - et cela a des implications fortes sur votre couverture santé.
 
Lors d’une démission ou d’un licenciement, les employés perdent généralement de manière automatique leur couverture santé. C’est aussi pour cette raison qu’une assurance individuelle souscrite au préalable est utile.
 
Toutefois, certains assureurs proposent le système de la “portabilité” de votre assurance santé collective (également appelée “garantie de conversion”). Cela signifie que vous pouvez rester avec le même assureur si vous changez d’employeur, ou êtes temporairement sans emploi et souhaitez payer votre propre assurance santé.
 
La portabilité, assez rare à Hong Kong, est extrêmement attractive pour les employés, en particulier en cas de conditions préexistantes, qui sont généralement exclues par les assureurs. La portabilité évite en effet de faire subir une nouvelle souscription auprès d’un nouvel assureur, et de risquer l’exclusion de vos conditions préexistantes dans un nouveau contrat. La plupart du temps, la portabilité d’un contrat d’assurance santé est soumise à une prime supplémentaire et à des conditions différentes telles que :
 
- une certaine ancienneté (1 ou 2 ans)
- un délai d’exercice de ce droit (généralement 1 mois)
 
Dans le cas où la portabilité de votre assurance santé n’est pas possible, il vous faudra souscrire une assurance individuelle pour couvrir vos frais de santé. En souscrivant de manière individuelle à une complémentaire (top-up plan), cette dernière restera effective et vous permettra d’être couvert lors d’une période de transition.
 
Si vous vous lancez comme entrepreneur, vous n’avez pas d’autre choix que de vous assurer avec un plan individuel d’assurance santé. Vous serez dans ce cas soumis à un nouveau questionnaire de santé.
 
Les régimes d’assurance santé de groupe ne sont souvent ouverts qu’à partir d’un minimum de salariés. Il existe néanmoins quelques assureurs à Hong Kong qui offrent une assurance de groupe même à partir d’un ou deux salarié. Il serait alors possible d’en bénéficier même si vous être l’unique employé de votre entreprise.
 
À Hong Kong, les couvertures d’assurance santé sont peu standardisées et l’offre est très variée, tant en termes de conditions que de prix. Il est souhaitable d’être conseillé par un courtier spécialisé, pour trouver l’assurance santé qui correspond le mieux à votre situation et vos besoins.
 

Qu’advient-il de votre assurance santé si vous quittez Hong Kong pour un autre pays (hors France) ?
Si vous déménagez dans un autre pays mais que vous restez dans la même entreprise, il faut vous assurer que votre assurance santé via le travail couvre suffisamment les dépenses de santé dans ce nouveau pays. Les différences de coûts peuvent en effet être très grandes d’un pays à l’autre.
 
Si vous disposez d’une couverture individuelle, il est possible de la conserver. Si la zone de couverture dans laquelle se trouve votre nouveau pays est moins élevée que celle de Hong Kong, la cotisation sera réajustée. Il y aura également un nouveau questionnaire de santé à remplir.
 
Il est également possible de souscrire à une assurance voyage le temps de la transition entre vos deux pays de résidence, mais les plafonds de ces assurances sont généralement peu élevés et ne vous couvrent pas autant que des assurances santé.
 

Qu’advient-il de votre assurance santé si vous rentrez en France ?
 Plusieurs situations existent :
 
1. Vous êtes couvert par l’assurance de votre entreprise et adhérent à la CFE :  vous êtes directement réintégré à l’Assurance Maladie, sans aucun délai de carence ou exclusion. Vous pouvez souscrire à une mutuelle via votre entreprise ou de manière individuelle.
 
2. Vous êtes couvert par votre entreprise mais vous n’êtes pas adhérent à la CFE :
- Si vous rentrez en France avec un emploi : vous êtes de nouveau affilié à l’Assurance maladie française. En effet, l’affiliation obligatoire à l’Assurance maladie française sur critère d’activité professionnelle est acquise dès la première heure travaillée.
- Si vous rentrez en France sans avoir d’emploi : si vous êtes inscrit à Pôle Emploi et percevez des allocations chômage (du fait d’anciennes périodes de travail en France ou d’adhésion à l’assurance expatriés de Pôle emploi services), ces allocations vous ouvrent des droits à l’Assurance Maladie.
Si vous n’avez aucune couverture sociale, il vous faudra demander à votre Caisse primaire d’Assurance Maladie la protection universelle maladie (PUMA), qui permet à toute personne résidant de manière stable et régulière en France depuis 3 mois minimum, d’avoir une prise en charge des frais de santé. À votre retour, il y a donc un délai de carence de 3 mois pendant lequel vous ne pouvez pas obtenir de remboursements de vos soins.
 

 
Cet article a été écrit indépendamment par AD MediLink et n’est pas sponsorisé. Il a une visée purement informative et ne doit pas être substitué à ou servir d’avis médical, ni d’avis personnalisé.




 

Nouveaux Arrivés ? Changement de Situation ? L'ABC de l'Assurance Santé à Hong Kong
À propos d'AD MediLink 

Spécialiste de l’assurance santé à Hong Kong, AD MediLink  accompagne individus et entreprises dans leur recherche de couvertures médicales locales et internationales.
 
Le plus : une expertise inégalée du système de santé local, pour apporter une information complète et indépendante sur toutes les options en matière de soins et d’assurance à Hong Kong.
 
Les services de courtage d’AD MediLink sont opérés par Cyber Insurance Brokers Ltd, membre de Hong Kong Professional Insurance Association (PIBA-0195).










 


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 2 Septembre 2020 - 07:00 La liste des 5 petites choses – Septembre 2020


Nouveau commentaire :
Twitter